Le grand départ

Sydney, Australie le 10/04/2009

 

Première étape pour aller à l'autre bout du monde, 24h d'avion (avec la crève, hum). Décollage vers 23h30 (heure française), mercredi 8 avril, à bord d'un super 777 à destination de Singapour. Ce qui est cool quand on part à cette heure là, c'est qu'il n'y a presque personne dans l'aéroport, (logique, il ne reste que deux vols et le mien est le dernier de la soirée). Du coup, tout va beaucoup plus vite (les contrôles de sécurités, le choix des bouteilles de Champagne en duty free à amener,...) et on peut profiter du beau terminal 2E avec sa coupole bois... Bref, après 12h35 de vol, plusieurs tentatives pour rester éveillée devant un film, et un atterrissage avec une vue incroyable sur la baie, plus tard, me voilà à Singapour. Il est 18h en heure locale, il fait 29°, très lourd, très humide, je suis en complet choc thermique (par rapport au froid de l'avion), mais l'aéroport est super bien, avec des bars en terrasse. C'est vraiment déjà les vacances.

Mais pas le temps d'en profiter parce qu'une heure plus tard, il est déjà temps de reprendre l'avion pour Sydney pour 7h50 de vol. Et comme ça commence à devenir une habitude pour moi de rencontrer des gens dans les avions ou les aéroports, j'ai rencontré un français dans l'avion, Jérémy. Lui part un an, 6 mois pour bosser à Sydney, et le reste pour faire le tour du pays en van. J'ai vraiment pas beaucoup dormi dans l'avion. A l'arrivée à Sydney, il est 5h20 du matin, il fait déjà 16°, alors que le soleil n'est pas levé.

Les premiers pas à Sydney consiste à affronter les douaniers australiens: parce que vraiment, mais vraiment, ils ne rigolent pas. Interdiction de faire entrer sur le territoire tout type de bouffe, de produits à base de bois, de peaux, et je sais plus quoi encore, parce qu'ils ont une trouille bleue qu'on apporte des vers, ou autre truc nuisible pour pourrait "compromettre" tout leur éco-système ... Et c'est aggressif, on a eu le droit à 4 spots Tv dans l'avion du gouvernement australien sur les lois de "quarantine", avec le slogan qui annonce le couleur "declare or beware". Du coup, après les contrôles des passeports, ils repassent tous tes sacs aux rayons X, et les douaniers passent avec leurs chiens renifleurs autour des tapis roulants. Ceci dit, comme il est très tôt, ça va assez vite... Backpack récupéré, il est temps de découvrir Sydney, crevée, déphasée, mais tellement contente d'etre là...  

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Australie